Webzine rennais – Cultures numériques

Jardin Numérique – Super succès pour les Super Players !

Tétris en coopération, Puzzle Bubble géant, du 100 mètres sur place : ne serait-ce que par curiosité, ça valait le coup d’aller jeter un coup d’oeil aux Supers Players. Aux Ateliers du Vent, jeudi soir, le vernissage participatif d’une exposition à jouer pas comme les autres a connu un franc succès. Ambiance décontractée, ateliers alambiqués, les Super Players s’installent jusqu’à dimanche, de 14 h à 18 h pour un Jardin Numérique définitivement accessible à tout le monde. Découverte d’une réussite attendue.

L’art du numérique, c’est du bidouillage. Mais c’est aussi de l’art. En l’occurrence, mêlez les deux, et vous aurez des projets décoiffants. Cyril Marchal nous l’avait confié mercredi, les Super Players seront un grand moment de partage et de plaisir. Le coordinateur du Jardin Numérique ne s’est pas trompé. Passant le bar où s’étirent des sourires ravivés par quelques tartines de pesto et autres petits ponch maison que des serveurs en perruque rose fluo tentent de proposer en traversant la foule, il est difficile de ne pas être captivé par le vacarme grondant du 100 mètres sur place qui bourdonne dans nos oreilles et par les projecteurs qui illuminent les murs d’images quelques mètres plus loin.

De l'énergie et de l'équilibre, les clés de la réussite du 100 mètres sur place - Super Players (l'Embusc@de).

De l’énergie et de l’équilibre, les clés de la réussite du 100 mètres sur place – Super Players (l’Embusc@de).

Insolite décor pour des jeux qu’on craint d’abord d’aborder. Sur le mur, Hyper Olympique, deux pistes parallèles, un coureur aux pixels des années 1980 et devant, une planche en bois sur laquelle s’excitent deux concurrents, imitant la course difficile et hilarante de l’athlète qui tantôt peine, tantôt bat des records. Le 100 mètres sur place, c’est un concept. « Quand j’étais gamins, je jouais à Track & Field, confie Djeff, le créateur du jeu, micro en main, qui anime d’une main de maître le 100 mètres.  Il se jouait avec un joystick qu’il fallait balancer de gauche à droite pour que l’athlète courre le plus vite possible. Et ça cassait un paquet de manettes ! » Le temps de relancer une partie et de nous expliquer, amusé, qu’Atari et Nintendo en auraient même fait un petit business. Rien de grave.

L’idée c’est d’être le joystick. Tu dois trouver ton propre équilibre en appuyant avec les pieds, de gauche à droite.

Pas si facile que ça en a l’air (on a testé). Le conseil de l’Embusc@de ? Mesdames, évitez les talons… Forcément, devant la débauche d’énergie nécessaire (même pour du sur place) et l’originalité de la chose, l’initiative demande un semblant de courage. Et puis, finalement, à bien les regarder se démener sur une musique digne des premières soundtrack du jeu vidéo, ça donne envie. Alors on a essayé, et c’est indescriptible.

Puzzle Bubble Géant - Super Players (l'Embusc@de).

Puzzle Bubble Géant – Super Players (l’Embusc@de).

S’accaparant, il y a huit ans, la version française du jeu américain des années 1980, Djeff en a fait un concept numérique époustouflant de réussite et de jouabilité. Son 100 mètres sur place, si le Jardin Numérique l’accueille à Rennes, il aura également fait le tour de l’Allemagne, et de la Turquie. « Ca fait deux ans maintenant qu’on fait des mini-tournois en France », explique le Parisien.

Des jeux plus inattendus les uns que les autres.

Entre autres choses, le gigantesque Puzzle Bubble projeté sur un mur des Ateliers du Vent attire l’oeil. Un contre un, une barre de navigateur entre les mains et une grosse boule de la couleur de celle que vous allez devoir lancer pour réaliser ces triplés qui vous éviteront d’être débordé. Pour les amateurs, Puzzle Bubble n’a plus aucun secret. Pour les autres, il vous faudra avoir l’oeil stratège et la réactivité du corsaire pour parvenir à vos fins.

Tétris en coopération - Super Players (l'Embusc@de).

Tétris en coopération – Super Players (l’Embusc@de).

A côté, un Tétris en coopération nous intrigue, forcément. Le jeu, lui, n’est plus à présenter, c’est une légende. Cinq éponges reliées au plafond tombent entre les mains d’une petite équipe amusée. Sur le mur, les cubes commencent à tomber. « Le corps est un conducteur électrique, du coup ça se joue dans le contact humain », explique Antonin, créateur du jeu avec Manu. Du coup, pour faire tourner les formes des cubes, il vous faudra rivaliser de coopération et d’anticipation avec vos coéquipiers. A côté, une petite télévision affiche un jeu où des poules sortent des buissons et sur lesquelles il faut « tirer », un parapluie en guise de fusil. Antonin, aujourd’hui parisien, en est aussi l’un des créateurs. « Shooting in the rain (ndlr, Tirer Dans La Pluie) fait partie de ces créations réalisées depuis 2005 avec Eniarof », raconte le créateur.

J’étais étudiant en art, et on trouvait que les fêtes foraines d’aujourd’hui ressemblaient plus à des copies de parcs d’attractions qu’autre chose. On a décidé d’en monté à l’envers, d’où le nom Eniarof, foraine à l’envers. On avait dans l’idée de montrer aux gens des choses vraiment inattendues.

Shooting In The Rain (l'Embusc@de).

Shooting In The Rain (l’Embusc@de).

Après douze Eniarof, ils prépareraient même la treizième. « Il y a vraiment plusieurs strates dans les Eniarof, j’y tiens beaucoup ! » lance-t-il en répondant à notre interrogation sur des concours de Hot Dog dont il dévoilait la recette. « On proposerait R/R d’emblée, le public ne comprendrait pas. » Mettez une perruque extravagante, du son un peu fort et balancer vos cheveux dans l’air. C’est ça, R/R. « Alors on organise un championnat de Hot Dog, on lance Shooting In The Rain et puis progressivement, on comprend le côté décalé. Au final, on tend un perruque, on met la musique et les gens balancent leurs cheveux dans l’air et ils s’éclatent. »

Les Super Players ne poussent pas le plaisir jusque-là, mais ils vont déjà bien assez loin. Après l’essai d’une grande partie des jeux, le plaisir est garanti et le public, d’ailleurs, ne s’y trompe pas.

J’avais trouvé qu’il y avait un certain côté élitiste dans l’art numérique et je voulais retrouver le rapport au bidouilleur.

L’échange, au centre du Jardin Numérique, a bien pris. Artistes bidouilleurs, techniciens, pour le grand public, les Super Players seront synonyme d’une osmose réussie entre numérique, divertissement et originalité. Décrit comme l’un des temps forts du festival, Super Players tient toutes ses promesses et devrait ravir tout le monde. Pour les plus jeunes, le plaisir est garanti. Quant aux parents, le côté vintage fait son effet. Sans grande surprise, ils ont rarement hésité à se lancer sur la piste.

Tagué: , , ,

Classé dans :Carousel, Culture numérique

1 réponse »

Rétroliens

  1. On parle de Jardin Numérique #2 ! - Jardin numérique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :